Martin Assig


Notre-Dame de Paris

 

Dear Bernard, Dear Nathalie,

I was very shocked and sad to see the beloved
Notre Dame burning. Since my first time in Paris at
sixteen I visit this church every time when I´m in Paris.
After the death of pope Johannes Paul I saw the
crown of thorns in Notre Dame.
I´m glad that I could be for our exhibitions to many times
in Paris. Thank you very much.
It´s a big disaster but we don´t lost all of Notre Dame.
We suffer vicarious with you.
Warm regards,

Martin Assig

 

Cher Bernard, Chère Nathalie,

J’ai été très choqué et triste de voir brûler Notre-Dame la bien aimée.
Dès ma première visite à Paris, à l’âge de 16 ans, j’ai visité cette cathédrale chaque fois que j’y suis venu.
À la mort du pape Jean-Paul II, je suis allé à Notre Dame voir la couronne d’épines.
J’ai été content de venir souvent à Paris grâce à nos expositions. Merci beaucoup.
C’est un grand désastre mais nous n’avons pas tout perdu de Notre Dame.
Nous souffrons avec vous,

Avec mes sentiments chaleureux,

Martin Assig


Bonne Année / “a good live ever”

Martin Assig, a good live ever, 2018, aquarelle et crayon sur papier, 23 x 16,3 cm

Chers amis,

Nous vous souhaitons une excellente année 2019.

Nous sommes heureux de vous annoncer l’actualité des artistes et celle de la galerie :

– L’exposition Per Kirkeby, Matter is light, au Château La Coste, Le Puy Ste Réparade, France, se poursuit jusqu’au 21 janvier 2019, et celle à la Kunsthalle de Krems, Autriche, jusqu’au 10 février 2019.

– L’exposition Autofictions : Dessin contemporain, Prix de dessin de la Fondation d’art contemporain Daniel & Florence Guerlain, au Wilhelm Hack- Museum de Ludwigschafen, en Allemagne, où figurent des oeuvres de
Martin Assig et Thomas Müller, est visible jusqu’au 24 février 2019.
– En ce qui concerne la galerie, nous exposerons, du 20 au 31 mars 2019, les oeuvres récentes de Max Neumann dans l’espace MR 80 au 80 bis, rue de Turenne, Paris, et nous participerons à Art Paris du 4 au 7 avril 2019 au Grand Palais.

Amicalement,

Bernard & Nathalie


Actualités Martin Assig – Thomas Müller

Autofiktionen: Zeichnung der Gegenwart

Autofictions: Dessin contemporain

Prix de dessin de la Fondation d’art contemporain Daniel & Florence Guerlain

Martin Assig et Thomas Müller font partie des 33 artistes nominés pour le Prix de dessin de la Fondation d’art contemporain Daniel & Florence Guerlain depuis sa création en 2006.

Les dessins de ces artistes sont actuellement exposés en Allemagne au Wilhelm Hack- Museum de Ludwigschafen.

17 novembre 2018 – 24 février 2019

 

 


Actualité de Martin Assig

Martin Assig a réalisé une partie du pavement du musée Kloster Unser Lieben Frauen à Magdebourg en Allemagne. Ce musée fait partie intégrante d’une abbaye romane du 11eme siècle.

Le pavement a été installé dans l’église de façon permanente, à la croisée du transept et au-dessus de la crypte, en référence au fondateur de cette abbaye, St Nobert de Xanten.

Martin Assig has made a part of the floorpiece of the museum Kloster Unser Lieben Frauen in Magdeburg, Germany. This museum is installed in an 11th century abbey.

The floorpiece has been installed in the church, at the transept crossing above the crypt, in reference to the founder of this abbey, St Nobert of Xanten.


Exposition “Carte blanche” au 80, rue de Turenne- 75003 Paris

Visuels de l’exposition de l’exposition avec Martin Assig, Katrin Bremermann, Pius Fox, Per Kirkeby, Thomas Müller et Piero Pizzi Cannella

 

 

 


Exposition “Carte blanche” au 80, rue de Turenne 75003 Paris

Martin Assig et Pius Fox


Les Quinconces-l’Espal , Le Mans. Vues de L’exposition.

Martin Assig

Katrin Bremermann

Pius Fox

Vincent Hawkins


YIA ART FAIR 2017

Nous serions très heureux de vous accueillir à
YIA ART FAIR du 19 au 22 octobre 2017
au Carreau du Temple
stand 56
où nous présenterons un ensemble d’oeuvres de

MARTIN ASSIG


St. Paul # 117, 2012, pastel et cire sur papier, 39,3 x 30,5 cm
Le travail de Martin Assig est autant lié à la notion de cosmos qu’à des réminiscences de l’histoire de l’art et des religions, dans une jubilation qu’il tente de transmettre au regardeur.

Ce réel plaisir et ce sentiment démiurgique qu’Assig développe dans ses dessins sont présents dans leur réalisation même. Ainsi, dans son atelier, on trouve à côte des pigments purs, des fusains et de l’aquarelle, des casseroles dans lesquelles l’artiste fait chauffer de la cire. Apportant une luminosité particulière à la feuille, cette dernière force la matérialité et l’intensité des couleurs. « J’y suis parvenu par accident un jour où, ayant raté une gravure, j’y ai ajouté de la cire et cela a tout transformé. Ce matériau est très proche de la peau et induit un rapport physique, tout en constituant un écrin du temps, à l’instar de l’ambre ». Ce caractère quasi mystique rejoint d’ailleurs sa découverte de la peinture à travers les scènes de la passion du Christ quand, enfant, il se rendait à l’église.

L’artiste, qui a étudié à la Hochschule der Künst de Berlin, développe aujourd’hui une sorte d’obsession de la reproduction du corps, qui lui permet d’être connecté à lui-même mais aussi à l’univers entier. « Mon travail nourrit l’idée de remplir des contenants, et les corps, que je relie aux architectures, renferment des formes qui ne dévoilent pas ce qu’elles protègent »

Il raconte par ailleurs volontiers ses mythologies à travers des jeux de mots autour de saint Paul, ou de Paul Klee – l’un de ses artistes favoris-, ou mène une réflexion plus globale sur le statut et le rôle de l’art, qui permet aux hommes de faire face à leurs questions existentielles. « Mes réalisations vont au delà de la propre identité et je considère chacun de mes dessins comme un petit cosmos ». Lorsque Assig fait subtilement référence à Ellsworth Kelly, Roy Lichtenstein, Agnès Martin, Edvard Munch ou Pablo Picasso, c’est bien de lui-même qu’il parle, tout en s’adressant aux autres.


St. Paul # 408, 2013, pastel et cire sur papier, 60 x 46 cm

Notre cabinet de dessins contemporains

Du 24 mars au 1er avril 2017

 

 

 

 

 


recent news