Entre chien et loup

26 novembre 2010

L’exposition « Entre chien et loup » réunit quatre artistes dont les travaux sur papier -présentés à la galerie- sont visiblement marqués par une communauté d’intérêts, un voisinage de préoccupations.

Ils évoquent d’abord la même atmosphère de nuit, de tombée du jour, de lumière qui s’assourdit, d’où le titre de l’exposition.

Ils témoignent également d’un même souci de rigueur formelle, rigueur qui emprunte des formes abstraites, ou qui, en tous les cas, tient la figuration à distance en voilant la réalité.

Ces travaux sur papier, enfin, ne sont petits que par leur format. Ils occupent tout l’espace et donnent l’impression de pouvoir se développer en de plus grandes images.

 

Lucie Beppler est née en 1961 à Wetzlar an der Lahn (Allemagne).

Elle travaille sur papier, est photographe et sculpteur.

Elle expose régulièrement en Allemagne (Berlin, Francfort, Munich, Darmstadt, Saarbruck, Brême, Hambourg, Stuttgart notamment), en Hongrie (Muséee hongrois de la photographie, 2000), en Corée (Musée de la photographie, Séoul, 2005), en Suisse.

Le travail sur papier de Lucie Beppler, sous un rendu abstrait, est proche de la nature, mêlant microcosme et macrocosme, pouvant d’un dessin évoquer aussi bien des structures cellulaires, des paysages, des cosmogonies.

Des rythmes d’une extrême finesse accompagnent les partitions de la nature. La densité tout aussi extrême de certains noirs crée une nuit profonde, une nuit de plomb. De petits formats mais « unlimited ».

Bertram Hasenauer , est né en 1970 à Saalfelden (Autriche).

Il travaille sur papier et sur toile. Il expose régulièrement en Autriche (Salzburg, Museum der Modern Salzburg, Rupertinum, 2010, Bregenz, Vienne, Saalfaden, Graz), en Allemagne (Berlin, 2008, Österreichisches Kulturforum, Cologne), en Angleterre (Londres).

Si sur toile le thème du travail récent de Bertram Hasenauer est le portrait, sur le papier le monde qu’il décrit est fréquemment celui du paysage nocturne. On y retrouve la campagne sous la lumière de la lune, des branches, des haies mystérieuses d’arbres, des successions de nuages, des grottes obscures.

Karoly Keserü est né en 1962 à Budapest (Hongrie).

Il travaille sur papier et sur toile. Il expose régulièrement en Angleterre (Londres, 2009, Centre Culturel Hongrois), en Hongrie, en Australie (Melbourne), aux Etats-Unis (New York).

Le travail de Karoly Keserü est fondamentalement empreint de préoccupations formelles, du souci de structurer un langage à partir de moyens très simples (le point, la ligne, la grille). Ponctuations et nervures nous proposent une trame grise régulière : celle-ci se déchire pourtant, se fragmente, pour créer des rythmes aigus, vus de près, des rythmes aérés vus de loin – effets de plis ou de rideau.

John Sparagana est né en en 1958 à Rochester, New York.

Il expose régulièrement aux Etats-Unis (New York, Houston, Chicago) et en Europe (Berlin, Edinbourg, Naples). Il est photographe et travaille sur le papier. Dans les travaux qui sont présentés ici, le papier transparent plié, froissé, est posé partiellement sur la photo, formant sur elle comme une peau, et le rapport de l’un à l’autre est étrange, métaphorique. Le jeu d’écran accentue les effets de cadrage et de décalage entre le visible et l’invisible. Cette série « Sleeping Beauty » a fait partie de l’exposition qui lui a été consacrée en 2006 au Museum of Contemporary Photography de Chicago.

 

recent news

Search :

Archives