Max Neumann exposition au 65, rue de Turenne du 11 mars au 1er avril

March 14, 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télérama article of Thomas Müller

December 08, 2016

The german artist Thomas Müller was born in Frankfurt in 1959. The Bernard Vidal – Nathalie Bertoux Gallery offers a perfect rétrospective of his work : big drawings done with blue ball pens of which the lines ally themselves in hanks or works realized with a spontaneous technique (Müller applies directly the tube of paint on the paper to obtain a bohemian line of a beautiful Veronese green). An exhibition that has found a well hidden place, behind the door of a mansion in the Marais, at the end of an alley of trees. Just like an echo to the antler lines of the artist.

 

Laurent Boudier

Exposition Pius Fox au 65, rue de Turenne 75003

December 07, 2016

pius_fox-4

pius_fox-3

pius_fox-7

Exposition Thomas Müller au 65, rue de Turenne 75003

accrochage_tm_2016-6

accrochage_tm_2016-13

accrochage_tm_2016-18

accrochage_tm_2016-15

Communiqué de Presse

November 29, 2016

 

3 décembre – 17 décembre 2016

PIUS FOX

vernissage le samedi 3 décembre de 15 h à 19 h en présence de l’artiste

Présentation à 15 h de l’exposition par Jean-Charles Vergne, directeur du Frac Auvergne.

– monographie disponible –

La galerie Bernard Vidal – Nathalie Bertoux art contemporain est heureuse de présenter pour la troisième fois le travail de Pius Fox, peintre allemand né en 1983 à Berlin.

Dés sa sortie en 2009 de l’Université des Arts de Berlin, Pius Fox a pu exposer en galerie, d’abord à Berlin et à Munich ( galerie Martin Mertens ) puis à Paris (galerie Vidal – Saint Phalle ), à Londres (Galerie Patrick Heide), à Düsseldorf (Galerie Conrads) et à New York (Pablo’s birthday gallery).

ZIrkuslichter, 2016, crayon, huile et pastel sur papier, 26,9 x 20,8 cm

ZIrkuslichter, 2016, crayon, huile et pastel sur papier, 26,9 x 20,8 cm

En 2016, le Frac Auvergne, lui à consacré une importante exposition et une monographie.

Dans un texte intitulé La tension sous le calme David Galloway y écrit :

« La luminosité des oeuvres de petits formats de Pius Fox évoque celle des icônes. Cependant, la superposition de différentes couches de couleurs, dont certaines sont partiellement grattées, fait apparaître des traces de repentirs qui suggèrent l’existence de codes ou de narrations cachés … La couleur elle-même joue un rôle décisif dans le processus de révélation et de dissimulation et c’est la passion pour la couleur qui a marqué les premières incursions de Pius Fox dans la peinture. »

Jean-Charles Vergne revient sur ce plaisir de peindre dans un texte Espace de jeu qui présente l’exposition : « Ce plaisir ne verse pas dans une fascination affectée pour le médium mais dans la faculté que possède la peinture de rendre compte » comme l’écrit Eric Suchère, « d ‘une expérience du monde qui s’autonomise dans les effets de l’art et renvoie le spectateur à une expérience complexifiée de celui-ci. »

Jean-Charles Vergne précise « dans la peinture de Pius Fox, le réglage de la surface peinte est aussi différent entre les petites peintures et les grandes qu’il l’est entre les peintures et les aquarelles. L’esquisse est exclue de cette pratique et cette absence donne l’indice d’une posture qui, bien qu’elle accorde une place essentielle à la composition, s’inscrit résolument du côté d’une pensée qui advient par la peinture, sans autre intermédiaire. » Ainsi la peinture de Pius Fox «  s’élabore-t-elle dans une acception de la couleur utilisée comme élément de structuration de l’espace-plan de son support. »

De même souligne-t-il « on entre dans les peintures de Pius Fox en circulant dans une série d’espaces striés, modulés par des plans croisés, superposés, parfois entièrement fermés, parfois profonds, parfois bloqués par des plans qui s’interposent comme placés « par dessus » la composition », rejoignant ce que dit Pius Fox lui-même de son propre travail :

«  Le tableau est recherche d’un lieu, d’un espace, recherche de réalité et tentation de la trouver. Le tableau n’est pas visualisation mais recherche de ce que je ne connais pas encore. C’est sa durée infinie et son excitation, sa limite et son immensité. Les cercles de l’aigle »

Einfahrt, 2015, huile sur toile, 140 x 110 cm

Einfahrt, 2015, huile sur toile, 140 x 110 cm